Être cycliste au Luxembourg

Le printemps approche… Pourquoi ne pas sortir à vélo ? C’est une solution de transport des plus simples. Pour toute distance inférieure à 6 km, le vélo s’avère plus efficace que la voiture. Et au-delà, sa combinaison avec les transports en commun s’avère la meilleure alternative. Mais que propose le Grand-Duché aux cyclistes ? Quelles sont les ressources déployées pour faciliter le recours au vélo ?  

Mine de rien, Luxembourg-Ville talonne les municipalités, comme Amsterdam ou Copenhague, qui ont une longueur d’avance en Europe. Les autorités locales ayant adopté une politique favorable à la mobilité douce, la petite reine occupe désormais une place importante dans la vie quotidienne des résidents luxembourgeois. À l’heure actuelle, les 13 points de comptage répartis dans les rues de la capitale dénombrent plus d’un million de passages de vélos par an.

C’est loin d’être une exception nationale. Avec plus de 280 000 vélos utilisés en 2017, le pays tout entier est adapté à cette pratique. Selon l’index mondial du vélo Éco-Compteur 2018, le Grand-Duché est le pays – avec l’Italie – qui affichait la plus forte progression de la circulation à vélo entre 2016 et 2017 (+10 %). Il existe actuellement plus de 600 km de pistes cyclables sur le territoire – dont 139 à Luxembourg-Ville – et ce chiffre devrait passer à 900 km d’ici 5 ans. 

Pas de vélo ? Louez-en un !

Le Luxembourg compte plusieurs systèmes de vélos en libre-service. Leur fonctionnement est simple : vous empruntez à petit prix à une station une bicyclette que vous rendez ensuite à une autre station. Les principales agglomérations du pays proposent ce genre de partage de vélos.

À Luxembourg-Ville, le système de location vel’OH! remporte un franc succès. Disponible 24 h/24 et 7 j/7 à un prix très attractif – 2 € pour une journée et 18 € pour un abonnement annuel (la première demi-heure est gratuite) –, ce service fait de plus en plus d’adeptes (7 819 abonnés en 2018) et compte 86 stations dans la capitale et les communes voisines (Bertrange, Hesperange et Strassen). Depuis fin 2018, vel’OH! s’équipe progressivement en vélos électriques. Ces nouveaux engins, appelés pedelecs – au nombre de 600 sur un total de 850 – affichent une autonomie de 30 à 40 km et peuvent atteindre une vitesse de 25 km/h. Luxembourg-Ville est la deuxième cité européenne, après Stockholm, à adopter ces vélos.

De même, l’association Vélo en Ville, située dans le Grund, loue des vélos et des tandems pour toute la famille. Les groupes à partir de 4 personnes, les enfants et les jeunes de moins de 26 ans bénéficient de 20 % de réduction sur les prix de location des vélos par journée, week-end ou semaine.

Combinez vélo, bus et train

Dans le Grand-Duché, les bus et les trains transportent les vélos gratuitement. Vous pouvez monter avec le vôtre dans tout bus disposant de l’équipement adéquat et dans tout train CFL national, à condition de le charger et de le décharger vous-même. En outre, vous pouvez laisser votre vélo au sec et en sécurité à la gare dans une mBox. Ces cages à vélos se trouvent à proximité de 32 gares à travers le pays. Pour obtenir votre accès à une mBox, vous devez le commander dans le mShop et le charger sur votre mKaart – le cas échéant – à l’une des nombreuses stations Pick Up.

Respectez les règles !

En tant que cycliste, vous avez certaines règles à observer. D’abord, vous devez emprunter les voies prévues à cet effet. Il en existe trois sortes : les pistes cyclables (réservées), les voies cyclables obligatoires (sur la chaussée) et les chemins obligatoires pour cyclistes et piétons. Vous pouvez circuler dans les zones piétonnes où la signalisation vous y autorise. En général, elle indique quand vous pouvez vous y rendre : tout le temps, à certaines heures où en dehors de certaines heures. Parfois, si un panneau le précise, vous pouvez aussi emprunter une rue à sens unique dans le sens opposé. En l’absence de marquage au sol, vous devez circuler sur la partie extrême droite de la chaussée. Il est interdit aux cyclistes de rouler sur les trottoirs, de toucher d’autres cyclistes lorsqu’ils sont à vélo, de lâcher le guidon des deux mains et de rouler à plus de deux côte à côte.

En revanche, il n’existe aucune règle de stationnement. Vous pouvez garer votre vélo où bon vous semble, tant qu’il n’obstrue pas le passage des autres véhicules et des piétons. Les agglomérations, notamment Luxembourg-Ville, proposent de nombreux râteliers à vélos. Il est préférable de les utiliser, mais cela reste facultatif. Si le casque ne figure pas sur la liste des équipements obligatoires, son port est néanmoins vivement recommandé.

Alors, qu’attendez-vous pour sortir à vélo ? C’est bon pour votre porte-monnaie, votre santé, votre qualité de vie et l’environnement. Le seul risque que vous courez, c’est de ne bientôt plus pouvoir vous en passer ! Plus vous ferez du vélo, moins vous souhaiterez revenir aux autres modes de transport. 

03/19

Articles susceptibles de vous intéresser

  • L’immigration a toujours joué un rôle majeur dans le développement économique, une tendance qui ne s’est jamais démentie. En 1961, la Luxembourg comptait 314 900 habitants, dont 13,2 % d’étrangers. Le 1er janvier 2018, la population du pays a atteint 602 005 habitants, parmi lesquels 47,9 % d’étrangers !

  • Tous les ans, c’est la même histoire. Les vacances d’été viennent à peine de commencer que vous ne savez pas quoi faire pour occuper vos enfants. Quelle est la meilleure solution pour vos enfants ?

  • L’été est là. Un moment peut-être inoubliable pour les familles du monde entier. L’école étant finie, les vacances d’été annuelles et la destination touristique à la mode sont au cœur des conversations. Mais lorsque vous vivez à l’étranger, le concept de vacances est différent et se traduit souvent par un dilemme aboutissant parfois... à une absence de vacances