Carte Bleue européenne : le b.a.-ba

Chaque année, les États membres de l’Union européenne – à l’exception du Danemark, de l’Irlande et du Royaume-Uni – délivrent des milliers de « Cartes Bleues ». Lancée en 2009, la Carte Bleue européenne est destinée à accroître la capacité de l’UE à attirer des travailleurs hautement qualifiés issus de pays tiers[1]. Il s’agit d’un titre de séjour et de travail de longue durée qui peut être attribué par un État membre à des professionnels à haut revenu. Depuis son entrée en vigueur, le nombre de Cartes Bleues européennes a connu une augmentation constante. Selon Eurostat, l’office de statistique de l’Union européenne, les plus grands émetteurs de la Carte Bleue européenne sont l’Allemagne, la France, la Pologne et le Luxembourg. En 2018, le Grand-Duché a accordé 944 Cartes Bleues contre 639 en 2016, soit une hausse de plus de 50 % en seulement deux ans ![2] Plus important encore, le nombre de premiers titres de séjour représentait plus de la moitié des Cartes Bleues délivrées en 2018. Qu’est-ce qui explique le succès grandissant du Luxembourg et quels sont les critères à remplir pour être considéré comme un « travailleur hautement qualifié » ? [1]Les pays tiers ne sont ni membres de l’Union européenne, ni considérés comme tels (Islande, Norvège, Liechtenstein et Suisse). [2]Source : Rapport annuel 2018 du Ministère des Affaires Étrangères et Européennes.

Quels sont les critères et avantages ?

Les ressortissants des États tiers doivent satisfaire à trois conditions justifiant d’une qualification professionnelle élevée. Ils doivent avoir conclu un contrat de travail valide d’une durée égale ou supérieure à un an. Ils doivent attester d’une qualification professionnelle élevée dans l’activité ou le secteur indiqué(e) dans le contrat. Ils doivent percevoir un salaire au moins égal à 1,5 fois ou 1,2 fois le salaire brut moyen de référence fixé annuellement au Luxembourg (73 998 euros ou 59 198,40 euros), selon leur activité. La Carte Bleue européenne est valable pendant quatre ans ou, si le contrat a été conclu pour une durée inférieure à quatre ans, pendant la durée du contrat de travail + trois mois. Elle peut être renouvelée plusieurs fois sur demande, à chaque fois pour deux années supplémentaires, tant que les conditions restent remplies.

La Carte Bleue européenne confère de nombreux avantages aux ressortissants de pays tiers hautement qualifiés. Au bout de deux ans, ils ont ainsi un accès illimité au marché luxembourgeois pour tous les emplois hautement qualifiés du secteur privé. Leur famille est autorisée à les accompagner immédiatement lors de leur arrivée au Luxembourg ou à les rejoindre ultérieurement. S’ils se retrouvent sans emploi pour une raison ou une autre, la Carte Bleue européenne ne leur est pas automatiquement retirée. Toutefois, la période sans emploi ne doit pas excéder trois mois et doit intervenir une seule fois pendant la durée de validité de la Carte. Sous certaines conditions, la Carte Bleue européenne facilite la mobilité intra-européenne en rendant possible le cumul du nombre de jours dans différents États membres de l’UE afin de donner droit au statut de résident de longue durée.

Pourquoi le Luxembourg délivre-t-il tant de Cartes Bleues européennes ?

La forte demande de ressortissants de pays tiers hautement qualifiés dans le Grand-Duché s’explique de deux façons. Comme la plupart des pays d’Europe, le Luxembourg voit son économie passer de plus en plus au numérique et a besoin de talents très spécialisés dans les domaines de l’informatique, de la finance et de l’assurance. Dans le même temps, la croissance économique importante que connaît le pays depuis quelques décennies épuise progressivement la main-d’œuvre traditionnelle de la Grande Région. Il devient ainsi de plus en plus difficile de trouver des travailleurs détenant des qualifications professionnelles élevées. Selon l’Agence pour le développement de l’emploi (ADEM), environ 28 % des offres d’emploi restent vacantes. En outre, une étude menée par le Luxembourg Institute of Socio-Economic Research (LISER)[1] montre que les entreprises jugent difficile de pourvoir les postes de professions intellectuelles et scientifiques, de dirigeants et de cadres de direction. Cette situation force donc les employeurs à chercher au-delà de l’Union européenne pour attirer des employés hautement qualifiés, mais la compétition reste rude. Le Luxembourg doit en effet se mesurer à d’autres pays européens également touchés par la pénurie de main-d’œuvre hautement qualifiée.

Heureusement, le Grand-Duché dispose de nombreux atouts à mettre en avant. En plus de jouir d’une réputation de pays ouvert et multiculturel, Le Luxembourg constitue aussi la première destination sur le plan de la sûreté et de la sécurité ainsi que de la sécurité de l’emploi, comme le révèle l’édition 2018 de l’enquête annuelle Expat Insider réalisée par InterNations. Ce n’est donc pas un hasard si la plupart des détenteurs de la Carte Bleue européenne au Luxembourg sont originaires de l’Inde, des États-Unis, de la Chine et de la Russie !

Vous venez d’arriver au Luxembourg ? Rendez-vous sur notre site Internet.


[1]Étude à télécharger ici (uniquement en français).

05/20

Articles susceptibles de vous intéresser

  • L’immigration a toujours joué un rôle majeur dans le développement économique, une tendance qui ne s’est jamais démentie. En 1961, la Luxembourg comptait 314 900 habitants, dont 13,2 % d’étrangers. Le 1er janvier 2018, la population du pays a atteint 602 005 habitants, parmi lesquels 47,9 % d’étrangers !

  • Tous les ans, c’est la même histoire. Les vacances d’été viennent à peine de commencer que vous ne savez pas quoi faire pour occuper vos enfants. Quelle est la meilleure solution pour vos enfants ?

  • L’été est là. Un moment peut-être inoubliable pour les familles du monde entier. L’école étant finie, les vacances d’été annuelles et la destination touristique à la mode sont au cœur des conversations. Mais lorsque vous vivez à l’étranger, le concept de vacances est différent et se traduit souvent par un dilemme aboutissant parfois... à une absence de vacances