Comment bien gérer la phase de rapatriement ?

Pour bien des expatrié(e)s, le retour dans le pays d’origine peut constituer un moment difficile. En effet, il est parfois difficile de se réadapter à son ancien environnement après une longue période de temps à l’étranger. Les amis proches ou les membres de la famille peuvent avoir déménagé et ceux qui sont restés ont peut-être noué des liens avec d’autres personnes de la communauté et se montrer plus distants. Résultat : l’expatrié(e) de retour et sa famille peuvent se sentir isolé(e)s. Sans compter que souvent, le choc de culture inversé s’installe et son impact peut être plus retentissant que la « simple » adaptation au pays d’accueil. Comment éviter cette situation inconfortable ? Quelques astuces à suivre…

Restez connecté(e) même à l’étranger

L’astuce peut sembler évidente, mais vous seriez surpris(e) d’apprendre à quelle vitesse on peut perdre contact avec ses proches en s’installant à l’étranger. Dans un monde où tout s’accélère, nous sommes tellement pris(es) par notre travail, notre vie sociale et nos loisirs que nous devons faire des efforts pour entretenir nos relations. Heureusement, la technologie moderne peut sauver la mise ! Avec toutes les applications de messagerie disponibles, il est désormais plus facile que jamais de maintenir le contact. Vous pouvez organiser un rendez-vous sur Skype, appeler votre famille sur WhatsApp ou partager des vidéos ou des articles intéressants sur Facebook. Pour tenir le rythme et ne pas laisser vos emplois du temps chargés et le décalage horaire vous freiner, prévoyez du temps pour demander des nouvelles à vos amis. Et n’oubliez pas qu’en gardant le contact avec vos proches, vous pourrez d’autant plus compter sur eux pendant la difficile phase de retour.

Préparez, planifiez, prévoyez

Préparez-vous à rentrer dans votre pays d’origine de la même façon que vous vous étiez préparé(e) à vous installer au Luxembourg. Vous pouvez donc commencer même en étant encore au Luxembourg. Soyez à jour dans l’actualité de votre pays et maintenez les valeurs propres à votre culture, aussi bien sur le plan personnel qu’avec votre famille. Lorsque l’heure sera venue de rentrer, tâchez de comprendre vos besoins du moment. Par exemple, si vous avez développé un goût pour la nature, le calme et la campagne en vivant au Grand-Duché, vous devez rechercher le même type de logement à votre retour chez vous au lieu de retourner dans votre ancien logement.

Tenez également compte des besoins de votre conjoint(e) ou partenaire. Un(e) conjoint(e) ou partenaire rapatrié(e) est souvent confronté(e) à la question de l’emploi. Il ou elle peut avoir mis sa carrière entre parenthèses pour avoir la chance de vivre à l’étranger et devra retourner rapidement sur le marché de l’emploi et trouver un poste adapté au retour.

 

Vos enfants aussi peuvent faire face à des défis. Généralement, les enfants d’expatrié(e)s fréquentent des écoles internationales privées, caractérisées par des classes à petit effectif et une grande attention personnelle. De retour dans leur pays d’origine, ils se retrouvent pour beaucoup dans une école publique où les choses sont plus dures. Leurs anciens amis peuvent avoir déménagé ou changé. De même pour les activités extrascolaires : celles proposées au Luxembourg peuvent être très différentes de l’offre dans le pays d’origine.

Attendez-vous à un choc à votre retour

« Le choc de retour, c’est comme lorsque vous ne posez pas vos lentilles de contact sur le bon œil : tout a l’air d’aller presque bien », écrit Robin Pascoe dans son essai Homeward Bound [« Destination maison », inédit en français]. Alors, attendez-vous à ce choc de retour et si vous sentez que tout va presque bien, accordez-vous le droit d’être un étranger ou une étrangère dans votre propre pays. Il vous faudra peut-être du temps pour que les choses se réajustent et il y a même de grandes chances qu’elles ne le fassent jamais. N’oubliez donc pas que vous avez changé pendant votre séjour à l’étranger et que votre pays a changé tout autant que vous.

Partagez votre expérience du Luxembourg

On croit souvent à tort que la vie d’expatrié(e) consiste en une série d’aventures incroyables, de dîners chic et de journées dans le luxe avec une aide à domicile. Ne passez pas sous silence votre expérience au Luxembourg et partagez-la de manière simple et modeste. Pourquoi ne pas cuisiner des plats du Grand-Duché pour vos amis et vos proches : par exemple, des Gromperekichelcher, de la Bouneschlupp ou du Judd mat Gaardebounen ? Vous pouvez aussi décorer votre intérieur avec des objets rapportés du pays. Ceux-ci ne manqueront pas d’attirer l’attention – « qui est cette jeune femme dorée ? » – et vous donneront l’occasion de relater un peu votre expérience sans être agressif. Vous pouvez aussi envisager de faire des cadeaux originaux en lien avec le Luxembourg ou dire quelques mots en luxembourgeois : les gens sont toujours curieux d’entendre cette langue étrange qui semble débarquer de nulle part.

Enfin, pour chasser le blues du rapatriement, pourquoi ne pas rechercher de l’aide comme au moment de l’expatriation ? Créez des interactions sociales positives, donnez du sens à votre travail et éviter les relations toxiques. Si vous gérez soigneusement votre rapatriement, vous vous donnerez les moyens d’avancer dans la vie avec confiance !

Vous êtes encore au Luxembourg et loin de la phase de rapatriement ? Rendez-vous sur notre site Internet.

 

03/20

Articles susceptibles de vous intéresser

  • L’immigration a toujours joué un rôle majeur dans le développement économique, une tendance qui ne s’est jamais démentie. En 1961, la Luxembourg comptait 314 900 habitants, dont 13,2 % d’étrangers. Le 1er janvier 2018, la population du pays a atteint 602 005 habitants, parmi lesquels 47,9 % d’étrangers !

  • Tous les ans, c’est la même histoire. Les vacances d’été viennent à peine de commencer que vous ne savez pas quoi faire pour occuper vos enfants. Quelle est la meilleure solution pour vos enfants ?

  • L’été est là. Un moment peut-être inoubliable pour les familles du monde entier. L’école étant finie, les vacances d’été annuelles et la destination touristique à la mode sont au cœur des conversations. Mais lorsque vous vivez à l’étranger, le concept de vacances est différent et se traduit souvent par un dilemme aboutissant parfois... à une absence de vacances