Quelles sont les démarches à accomplir pour héberger un jeune au pair au Luxembourg ?

Vous avez un ou plusieurs enfants de moins de 13 ans et ne savez pas comment en prendre soin quand vous êtes au travail ? Pourquoi ne pas héberger un jeune au pair ? Tout le monde y gagne. Les jeunes venant de l’étranger vous aident dans vos tâches ménagères et, en échange, ils ont l'opportunité de renforcer leurs compétences linguistiques et leurs connaissances en culture générale. Mais comment ça marche ? Voici les étapes à suivre pour que l’expérience de jeune au pair soit concluante ! 

Étape 1 : trouver un jeune au pair

Cette étape n’est pas aussi simple que vous le pensez. Il n’existe aucune agence au pair officielle au Luxembourg mais de nombreuses plateformes en ligne permettent de connecter familles et jeunes au pair comme aupair.com, kangarooaupair.com, www.aupairworld.com et greataupair.com peuvent vous aider dans votre recherche. Un conseil : n’acceptez pas le premier candidat venu et essayez de trouver quelqu’un dont les attentes sont adaptées aux vôtres.

Étape 2 : obtenir l’agrément en tant que famille d’accueil et que jeune au pair

Afin d’obtenir un agrément concernant le jeune au pair, vous devez faire parvenir au ministère de l'Éducation nationale, de l'enfance et de la jeunesse une demande accompagnée de différents documents administratifs : le formulaire de demande (disponible en ligne en français et en anglais), un certificat de composition du ménage délivré par la commune de résidence, un extrait du casier judiciaire de moins de 3 mois pour l’ensemble des membres adultes de votre famille et une preuve de l’accueil de jour pour les enfants de moins de 6 ans (celle-ci peut être émise par une structure de garde ou un assistant parental). Il est aussi possible de faire une déclaration sur l’honneur.  

Parallèlement, votre futur jeune au pair doit obtenir l’approbation Ministère de la famille et de l'intégration. Le jeune au pair doit remplir les conditions suivantes : être âgé d’au moins 18 ans et de moins de 30 ans, être résident d’un autre pays que le Luxembourg, être porteur d’un titre qui lui donne accès, dans son pays d’origine, à l’enseignement supérieur ou rapporter la preuve qu’il a suivi des cours au moins jusqu’à l’âge de 17 ans, avoir une connaissance de base d’une des langues pratiquées par la famille d’accueil ainsi que de l’anglais ou de l'une des 3 langues administratives du pays (allemand, français ou luxembourgeois), fournir un certificat médical établi moins de 3 mois avant son accueil, attestant l’aptitude du jeune au pair à effectuer de simples tâches courantes d’ordre familial, y compris la garde d’enfants et avoir conclu avec vous une convention d’accueil au pair.

Si le jeune au pair est un citoyen d’un pays tiers (à savoir, un autre pays qu’un État membre de l’UE, que l’Islande, que la Norvège, que le Liechtenstein et que la Suisse), une procédure en deux étapes doit être respectée. Avant d’entrer dans le pays, le jeune au pair doit demander une autorisation de séjour temporaire auprès de la Direction de l’immigration du ministère des Affaires étrangères et européennes et demander un visa si nécessaire. Avant d’entrer dans le pays, le jeune au pair doit se soumettre à un contrôle médical et demander un titre de séjour (l’autorisation de séjour temporaire n’est valable que 90 jours).

Étape 3 : respecter vos obligations légales

Les dispositions du Code du travail ne s’appliquent pas à l’accueil d’un jeune au pair. Cependant, afin d’empêcher toute forme d’abus, la loi luxembourgeoise de février 2013 établit un cadre très précis dans lequel sont définis vos droits et obligations en tant que famille d’accueil. Dès l’arrivée du jeune au pair au Luxembourg, vous devez l’affilier au régime légal d'assurance maladie et d'assurance accident et conclure une assurance de responsabilité civile auprès d’un assureur dûment agréé au Luxembourg au profit du jeune au pair. En plus de nourrir le jeune au pair, de mettre une chambre individuelle à sa disposition et de lui assurer le libre accès à votre habitation, vous devez lui verser chaque mois une somme fixe correspondant à ¼ du salaire minimum social (512 €) à titre d’argent de poche, et prendre en charge ses cours linguistiques. La participation de votre jeune au pair aux tâches ménagères est limitée à une moyenne de 5 heures par jour sur une période d'une semaine, et de 30 heures par semaine sur une période d’un mois. Selon le droit luxembourgeois, le travail ne saurait être l’objectif principal du séjour du jeune au pair.

Les séjours de jeunes au pair sont gérés, surveillés et coordonnés par le Service national de la jeunesse (SNJ). Le SNJ fait office d’intermédiaire entre les familles d’accueil et les candidats, traite les demandes d’agrément concernant les familles d’accueil et les jeunes au pair, surveille les conditions d’accueil des jeunes au pair, organise des séances d’information obligatoires pour les jeunes au pair séjournant au Luxembourg et assure un service de médiation en cas de différend entre une famille d’accueil et un jeune au pair. 

Étape 4 : mettre un terme à l’accueil

Vous ne pouvez accueillir qu'un jeune au pair à la fois, et la durée totale de son séjour est limitée à un an. La convention d’accueil au pair peut être résiliée de manière anticipée, avec effet immédiat en cas de force majeure ou de faute commise par l’une des parties, et moyennant un préavis d’au moins 1 mois dans tous les autres cas.

Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet sur le site accueil-aupair.lu géré par le SNJ.

04/20

Articles susceptibles de vous intéresser

  • L’immigration a toujours joué un rôle majeur dans le développement économique, une tendance qui ne s’est jamais démentie. En 1961, la Luxembourg comptait 314 900 habitants, dont 13,2 % d’étrangers. Le 1er janvier 2018, la population du pays a atteint 602 005 habitants, parmi lesquels 47,9 % d’étrangers !

  • Tous les ans, c’est la même histoire. Les vacances d’été viennent à peine de commencer que vous ne savez pas quoi faire pour occuper vos enfants. Quelle est la meilleure solution pour vos enfants ?

  • L’été est là. Un moment peut-être inoubliable pour les familles du monde entier. L’école étant finie, les vacances d’été annuelles et la destination touristique à la mode sont au cœur des conversations. Mais lorsque vous vivez à l’étranger, le concept de vacances est différent et se traduit souvent par un dilemme aboutissant parfois... à une absence de vacances