Les fluctuations des taux d’intérêt

Quelques semaines auparavant, Bloomberg annonçait que «Draghi dévoile des mesures historiques contre la menace déflationiste ». Peu de temps après cette déclaration , la plupart des journaux annonçaient une baisse des taux d’intérêts. Vous êtes-vous déjà demandés pourquoi, en plein milieu de tous vos préparatifs pour vos vacances d’été, cette nouvelle avait fait grand bruit ?

Elle concerne Mario Draghi, le président de la Banque Centrale Européenne (BCE), dont la présence dans les médias s’apparente à celle d’une star hollywoodienne.

Le prix de l’argent

Personnes physiques et sociétés prêtent volontiers de l’argent à d’autres pendant un laps de temps bien défini ; elles demandent en échange une rémunération pour couvrir les frais que ce prêt entraîne, à savoir l’impossibilité d’utiliser cet argent pendant cette période et le risque de défaut de remboursement. Le seul cas où des personnes se prêtent de l’argent sans s’attendre à en recevoir davantage en retour est celui de deux très bons amis, et bien entendu celui de parents prêtant de l’argent à leurs enfants. Dans ces situations, l’avantage est social et non pécuniaire.

La différence entre le montant initialement emprunté et le montant remboursé, exprimée sous la forme d’un pourcentage annuel, porte le nom de taux d’intérêt. Donc, si vous empruntez 1 000 EUR et devez en rembourser 1 030 EUR après un an, le taux d’intérêt est de 3 %.
Le pourcentage ou taux augmentera avec la durée de l’emprunt et le manque de confiance à l’égard du remboursement.

Il en va de même pour les banques lorsqu’elles s’empruntent mutuellement de l’argent ou lorsqu’elles en empruntent à la BCE.

Un taux d’intérêt européen qui nous affecte tous

La BCE prête de l’argent aux banques au taux d’intérêt officiel. C’est l’une des manières dont disposent les banques pour financer leurs activités : elles empruntent de l’argent à la BCE et le prêtent ensuite à d’autres banques, à des sociétés et à des gens comme vous et moi. Lorsque les banques prêtent de l’argent à leurs clients, elles imputent un taux d’intérêt et une marge commerciale selon le principe que nous venons d’évoquer, c’est-à-dire pour compenser l’impossibilité d’utiliser cet argent et le risque de remboursement.
Prochainement, nous vous expliquerons comment la moyenne de ces taux d’intérêt permet d’obtenir le taux Euribor.

Dès lors, lorsque la BCE abaisse le taux d’intérêt auquel elle prête aux banques, elle réduit implicitement le taux Euribor, lequel influence directement ou indirectement le coût de nos emprunts.

Résultat ? Si emprunter de l’argent coûte moins cher, les sociétés (des grosses sociétés aux jeunes pousses) et personnes physiques emprunteront de l’argent pour investir, poussant les prix à la hausse, c’est-à-dire augmentant les niveaux d’inflation. Un taux d’intérêt plus bas signifie également une baisse du rendement de l’épargne. Donc, une fois encore, les sociétés et personnes physiques préféreront investir leur argent, par exemple dans des actions, que de laisser leur épargne auprès des banques. Autant d’éléments qui soutiennent l’activité économique, ce qui est positif en temps de crise !

La prochaine fois que Draghi prendra la parole, tendez l’oreille : sa décision pourrait vous aider à choisir entre des vacances cinq étoiles ou une simple visite à la famille…

Articles susceptibles de vous intéresser

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Ces cookies de base sont essentiels au bon fonctionnement de ce site web. Ils enregistrent, par exemple, vos préférences linguistiques. Ils permettent aussi d’analyser de façon anonyme la manière dont le site est utilisé. Plus d'informations dans notre Cookie Policy.

Je refuse J'accepte