Qu’est-ce que l’économie circulaire et comment en profiter ?

Le modèle innovant de l’économie circulaire a pour l’instant le vent en poupe. Mais de quoi s’agit-il exactement et en quoi celui-ci peut-il vous aider à économiser de l’argent ?

Créée au début des années 2000, l’économie circulaire a pour objectif de réintroduire autant que possible les matières premières utilisées au-delà d’un cycle de vie de produit ou d’une marchandise dans d’autres processus de production, créant ainsi de nouveaux produits au lieu de déchets. L’économie circulaire s’inspire de la biosphère dans lequel les cycles naturels se succèdent continuellement. Les produits de décomposition servent à nouveau de sols, de fertilisants ou de substances de base de nouveaux produits. C’est pour cette raison que l’on parle du principe de « cradle-to-cradle » (« du berceau au berceau »).  

Le Luxembourg se veut un des pays pionniers de l’économie circulaire en Europe. Plusieurs initiatives existent déjà dans les secteurs industriels et économiques du pays mais aussi au niveau des citoyens et des associations locales et régionales. Ces projets citoyens proposent une nouvelle manière de consommer et, partant, peuvent vous aider à dépenser moins.

Echanger et louer plutôt qu’acheter

Ainsi, le Mouvement écologique a lancé une plateforme en ligne participative de prêt et d’emprunt[1]. Celle-ci met en contact des personnes qui souhaitent prêter et emprunter des objets issus de domaines aussi divers que les accessoires pour bébés et enfants, la cuisine, le déménagement, le jardin, la mobilité, les médias et l’électronique, l’outillage, le voyage ou le sport. Pour joindre la plateforme, soit vous apposez sur votre boîte aux lettres des autocollants avec les objets à emprunter chez vous et les intéressés sonnent à votre porte, soit vous participez en ligne, enregistrez les objets à emprunter et attendez une demande ou vous choisissez un objet dont vous avez besoin dans la base de données. Le tout est gratuit, même les autocollants à apposer sur votre boîte aux lettres !

Des entreprises d’autopartage et de vélopartage (car sharing et bike sharing) présentes aux quatre coins du pays vous permettent, pour une somme modique, d’emprunter un vélo ou une voiture – certaines proposent même les deux en version électrique – pour de courts trajets ou des déplacements plus longs. 

Moyennant une petite cotisation, des systèmes d’échange locaux (SEL) vous donnent la possibilité de partager des services comme des travaux de dépannage, de bricolage, de jardinage, de la garde d’enfant ou du soutien scolaire. Pour chaque service rendu, vous recevez une unité de mesure interne que vous pouvez échanger par la suite contre un autre bien ou service confectionné par un autre membre.

[1] http://www.dingdong.lu/

Réparer plutôt que jeter

Une autre manière de profiter pleinement de l’économie circulaire est de réparer vous-même vos objets devenus défectueux plutôt que d’en acheter de nouveaux. Si vous êtes un réparateur débutant, Internet est votre meilleur ami. Vous pouvez y trouver de nombreux tutoriels pour réparer tout et n’importe quoi : de l’ordinateur à la voiture en passant par l’électroménager, les vêtements et les accessoires[1].  Et si vous ne vous en sortez pas, vous pouvez toujours vous rendre dans un repair café. Il s’agit d’un atelier où vous pouvez faire expertiser votre objet par un professionnel – de la couturière au menuisier en passant par l’électricien et le bricoleur touche-à-tout – et s’il est réparable, vous le réparez ensemble sur place, l’objectif étant que vous puissiez le faire vous-même la prochaine fois ! Né aux Pays-Bas, le concept s’est exporté depuis peu au Luxembourg[2].

Autre avantage - et non des moindres - de toutes ces initiatives issues de l’économie circulaire : elles favorisent la collaboration, le partage des connaissances et le contact social.  Alors, pourquoi pas vous ?  

[1] Le site ifixit.com, par exemple, contient près de 40.000 tutoriels gratuits concernant plus de 11.000 appareils.
[2] Repair Café Luxembourg

Articles susceptibles de vous intéresser

  • Il s'agit de la carte de paiement la plus simple. Ici, au Luxembourg, c'est la carte V PAY (autrefois appelée Bancomat). Cette carte débite vos achats en temps réel et uniquement si le solde sur votre compte est suffisant, d'où son nom.

  • Le service 3D Secure est une norme internationalement reconnue d’identification pour les paiements en ligne.

  • S’il est vrai que lorsque nous achetons nos courses dans un magasin et que nous échangeons physiquement des billets contre la marchandise, la douleur de payer nous fait prendre conscience de la dépense et nous séparer de nos sous peut même « faire plus mal » que d’insérer sa carte de crédit dans le lecteur.