Les études supérieures : un investissement rentable !

Il est dit que la connaissance ne prend pas de place, et pourtant décider de suivre des études supérieures peut prendre une part considérable du budget familial. Outre le fait que le marché du travail soit en mesure d’absorber une main-d’œuvre plus ou moins qualifiée, nous pouvons aborder la question de savoir s’il convient ou non de payer pour une formation universitaire, sous l’angle de l’investissement : est-ce rentable d’aller à l’université, et si oui laquelle choisir et pour combien de temps ?

Premièrement, pourquoi faire des études supérieures ?

Comme pour tout investissement, votre décision doit être justifiée et obéir à un objectif clairement défini. Il est très difficile à 17 ans de dire pourquoi aller suivre une formation supérieure – la plupart d’entre nous n’ont pas une idée précise de ce nous voulons réellement faire plus tard.

La réponse à cette question peut prendre de nombreuses formes. Il importe, avec l’aide de sa famille, d’éliminer les raisons qui ne sont pas valables et qui en réalité menaceraient l’investissement, notamment :

  • Parce que tous mes amis vont le faire

Simplement parce que…

  • Parce que je suis premier de ma classe et qu’il serait bizarre de ne pas poursuivre des études supérieures… Que dirait ma famille ?
  • Parce que je veux réussir dans ma vie professionnelle

Poursuivre des études supérieures est une décision majeure qui aura une influence déterminante sur votre avenir. Il convient donc d’apporter une réponse soigneusement mûrie et à l’épreuve du temps, par exemple :

  • Parce que je souhaite exercer une profession réglementée qui requiert un diplôme universitaire, ex. avocat ou chirurgien.
  • Parce que je souhaite pouvoir prétendre occuper des postes qui nécessitent un diplôme d’études supérieures.
  • Parce que je veux vivre ma passion, ex. architecte ou professeur.

Evaluer le bien-fondé de l’investissement dans vos études supérieures

Une fois défini l’objectif justifiant l’investissement dans une formation supérieure, il convient d’évaluer la rentabilité des études concernées et de choisir l’établissement où les suivre. Comme dans toute analyse d’investissement, nous examinerons les revenus et les dépenses liés à l’opération. Prenons un exemple simplifié sur une formation supérieure de quatre ans pour un étudiant qui ne travaille pas durant toute cette période et ne bénéficie d’aucune aide de l’Etat. Les coûts de référence proviennent de documents publiés sur Internet et ont été arrondis. Il faudra bien sûr adapter le calcul à votre situation personnelle.

L’investissement évalué dans notre exemple se présente comme suit :

DÉPENSES :
  • Droits d’inscription annuels : 10 000 euros / an
  • Coûts de la vie annuels (logement universitaire, épicerie, transport, loisirs…) : 12 000 euros / an
  • Coût d’opportunité (temps) : 23 000 euros / an
  • A noter que ces coûts varieront en fonction de l’université et de la ville choisie pour vos études. Vous pouvez adapter cet exemple à votre situation personnelle.
  • A noter également que le coût de la vie sera différent si vous habitez chez vos parents ou non durant vos études. Par ailleurs, nous avons pris en compte le coût d’opportunité du temps passé à étudier (durant lequel aucun revenu n’est donc généré).
  • Pour des raisons de simplicité, les dépenses sont supposées être constantes sur l’ensemble de la période de 4 ans et sont réparties de façon uniforme sur les douze mois de l’année. 
REVENUS :
  • De la 1ere à la 4e année : 0 euro
  • 5e année : 33 217 euros / an (salaire brut : environ 40 000 euros)
  • 6e année : 34 401 euros / an (salaire brut : environ 42 000 euros)
  • 7e année : 35 567 euros / an (salaire brut : environ 44 000 euros)
  • 8e année : 37 315 euros / an (salaire brut : environ 47 000 euros)
  • 9e année : 39 646 euros / an (salaire brut : environ 51 000 euros)
  • 10e année : 41 976 euros / an (salaire brut : environ 55 000 euros)
  • Comme indiqué plus haut, nous supposons qu’aucun revenu n’est généré durant les études. Pour les années ultérieures, nous supposons un salaire brut qui augmente de façon linéaire (aux fins de cet exemple) à mesure de l’expérience professionnelle accumulée au fil du temps. Le présent exemple suppose qu’il n’y ait aucune interruption de carrière.
  • Ces données nous permettent de dresser le tableau ci-dessous, dans lequel nous calculons le cash-flow et considérons la NPV (« Net Present Value ») et l’IRR (« Internal Rate of Return ») pour évaluer l’investissement considéré :

D’après le résultat obtenu pour la NPV et en utilisant un taux d’actualisation (valeur de l’argent) de 2 %, nous constatons que, sur la base de nos hypothèses, l’investissement est amorti après 9 ans.

Bien entendu, si la date du premier emploi intervient plus tard ou si le salaire est inférieur à celui pris en compte dans notre exemple, la période d’amortissement sera plus longue. En outre, si les dépenses sont plus importantes que prévu (université privée, obligation de repasser un examen, ou autre), l’investissement sera moins rentable. De nos jours, des outils comme Excel® ou d’autres intègrent les fonctions NPV et IRR, vous permettant d’évaluer facilement différents scénarios.

Conclusion : l’investissement requis en vaut-il la peine ?

L’exemple ci-dessus montre clairement que suivre des études supérieures demande un effort d’investissement considérable qui vaut la peine d’être entrepris seulement dans certains cas. Il est important de monétiser dès que possible les connaissances et les compétences acquises, que ce soit en tant que travailleur salarié ou indépendant.

Une solution permettant de « mieux supporter » l’effort financier est de travailler tout en étudiant. L’emploi sera sans doute pénible et peu rémunéré, mais l’idée est d’acquérir un maximum d’expérience pratique.

La question du choix du type de formation (université, écoles,…) est importante car les droits d’inscription varient énormément et selon les établissements, vous n’« achèterez » pas seulement une formation mais également l’accès à leur réseau de contacts professionnels et à leur bourse d’emploi. Il n’est pas rare qu’en dépensant plus pour ses études, l’on ait également accès à un emploi mieux rémunéré, ce qui par voie de conséquence rend l’investissement initial plus rentable.

Peut-être devrions-nous adopter un nouvel état d’esprit et, de la même manière que nous allons voir notre banquier pour discuter des perspectives d’un projet d’entreprise ou de l’achat de la maison rêvée, inciter les jeunes arrivant au terme de leurs études secondaires à prendre le temps de discuter de leur projet de vie avec leurs parents : de ce qu’ils ont décidé de faire et pourquoi, de combien d’argent ils auront besoin et de la manière dont ils comptent le récupérer. Ce serait là un moyen d’assurer un investissement rentable.

Articles susceptibles de vous intéresser