Les résolutions pour la nouvelle année permettront-elles de repartir sur de bonnes bases financières ?

Traditionnellement, le Nouvel An symbolise un nouveau commencement, une occasion de tourner la page et de repartir de zéro.  Sur le plan financier aussi, cela peut être le bon moment pour tirer un trait sur les années passées. Choisir une date ou une occasion particulière pour faire table rase du passé peut nous encourager à apporter des changements, notamment, en dopant notre motivation.

En 2016, l’argent compte

Les résultats de l’étude internationale ING sur Noël et le Nouvel An 2016 indiquent que le Nouvel An reste un repère temporel privilégié pour revoir ses finances personnelles.
71 % des Européens ayant pris des résolutions pour la nouvelle année 2016 ont fait part de leur souhait d’améliorer leur situation financière.
Épargner plus et réduire son endettement sont les deux principales décisions prises en ce sens.

Le changement à l’échelle mondiale

Au Luxembourg, 81 % des habitants ayant pris de nouvelles résolutions affirment avoir l’intention de se fixer un objectif financier. Aux Pays-Bas, 82 % des personnes interrogées indiquent qu’elles prendront une nouvelle résolution en matière de finance. En Australie (71 %) et aux États-Unis (78 %), les résolutions dans ce domaine sont aussi très répandues.

Garder l’objectif en vue, ainsi que la récompense

Néanmoins, seuls 52 % des Européens déclarent avoir tenu leurs résolutions prises l’an passé en matière d’argent. Pour y parvenir, il peut s’avérer utile de se fixer un objectif financier facile à atteindre, avec une récompense à la clé.

Le bon moment pour épargner ? 

Épargner plus figurait parmi les quatre principaux objectifs des Luxembourgeois (à 43 %) pour le Nouvel An 2016. Pourquoi ne pas envisager de transférer une certaine somme sur ses comptes d’épargne chaque jour de paie ? À ce titre, vous pouvez également mettre en place un prélèvement direct pour vous assurer de ne pas oublier.

Limiter les dépenses 

Dans un deuxième temps, les Luxembourgeois se disent résolus à mieux maîtriser leurs dépenses (32 % contre 27 % des Européens). Mieux vaut s’accorder le temps de la réflexion avant de prendre des décisions financières. Tel achat satisfait-il un réel besoin ou une simple envie ? Si vous pensez en avoir besoin, pouvez-vous patienter quelque temps et épargner avant ? Pouvez-vous envisager un emprunt plutôt qu’un achat ? 

Comment changer sa vie ? 

D’après l’étude d’ING, seuls 5 % des 15 000 personnes interrogées dans 15 pays ont d’autres priorités financières, comme ouvrir une entreprise, trouver un emploi ou acheter une maison. Peut-être devrions-nous être plus nombreux à adopter une vision à long terme. Comme dit le proverbe : « un sou épargné est un sou gagné ». Peu d’entre nous échappent aux difficultés financières, mais un objectif clairement défini est plus facile à atteindre.

Nouvelle année, nouveau départ ? 

L’an dernier, près de la moitié des Européens (44 %) a prévu de commencer l’année en se fixant un objectif financier précis. Nous devrions tous suivre cet exemple, car les remises à zéro stimulent la volonté. Foncez, vous pouvez réaliser vos rêves !

Articles susceptibles de vous intéresser